Documents : Deux lettres à la préfecture (août 2011)

Extrait du n° 5 de La Voix des sans-papiers, 23 août 2011

Pas mal de bruits courent sur les lettres (sur leur contenu et leur nombre) envoyées par les deux côtés à la préfecture. Apparemment elles sont au nombre de sept, quatre du côté Sissoko et trois du côté Danfakha. Nous sommes en possession des copies (consultables par qui le souhaiterait) des quatre lettres envoyées par le premier camp (trois de Sissoko et une de Bamba), et, pour le second, de celle envoyée par Drainé Mamadou.

Nous publions, sur sa demande, de larges extraits de celle (17 mai) de Sissoko au directeur du service des étrangers de la préfecture de police (la deuxième, au sous-directeur, reprend les mêmes informations et arguments avec davantage de détails, et la troisième, au chef de cabinet du préfet et au dit directeur, déplore le comportement de ce sous-directeur à la rencontre du 19 mai), et intégralement, vu sa brièveté, le corps de celle de Dramé (24 mai) au même sous-directeur.

Quant à cette dernière, signée par son auteur en la qualité de président du collectif du 19e, elle ne saurait du coup être considérée comme une missive privée, elle est publiée ici sous l’entière responsabilité de Sissoko et de Bamba qui assurent en tout cas qu’elle a été «largement rendue publique, publiquement diffusée et défendue» par son auteur. Ils déclarent en outre ne pas comprendre les excuses par lesquelles s’ouvre ce courrier ; aucun comportement des représentants de la CSP75, à la rencontre du 19 mai, ne justifiait selon eux de «demander des excuses» au nom d’un de ses collectifs. Bamba tient encore à dire que ne correspond pas à la réalité la rumeur qui circule selon laquelle, pendant la discussion, certes vive, il aurait tapé du poing sur la table du sous-directeur.

Monsieur le Directeur, (…) le collectif du 18e a été exclu de la Csp75 suite au manquement du respect des règles de vie commune. En effet cela a commencé depuis la marche de Paris à Nice en 2010. La CSP75 [… avait] décidé sur proposition du 18e la participation de 1500 euros par [collectif…]. Ce même collectif a refusé d’honorer sa proposition en refusant de payer. Ensuite au Forum de Dakar c’était pareil. Donc nous avons pris la décision d’exclure le 18e […] comme il y avait eu des précédents, notamment le 11e Romain Binazon en 2004, le 11e en 2005 […]. Le 18e par la voix de Danfakha se vante d’être ami de la préfecture, que c’est grâce à lui que nous recevons des convocations. La décision est prise par la Csp75. Ni Danfakha ni les autres responsables du 18e ne seront plus avec nous en préfecture tant qu’ils ne sont pas à jour des cotisations. […]

Sissoko Anzoumane

Monsieur, […] Suite à l’incident qui s’était déroulé dans votre salle de réunion, le jeudi 19 mai, nous collectifs des sans-papiers du 19e, regrettons ces genres de comportements et vous demandons des excuses. Par ailleurs, nous rejetons toute idée de division dans le mouvement des sans-papiers, parce que la CSP75 a pour vocation d’unifier la lutte, pour obtenir le maximum de régularisations. Cependant quant à l’exclusion du collectif des sans-papiers du 18e, le 19e voit mal à ce que nos amis se séparent de la Csp75. Donc nous rejetons son exclusion. […]

Dramé Mamadou

Ce contenu a été publié dans Journaux, La voix des sans-papiers. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.